> 24.05.17 peter gizzi & marie de quatrebarbes

A l’occasion de la publication de Chansons du seuil de Peter Gizzi traduit par Stéphane Bouquet aux éditions José Corti,

L’association double change et la galerie éof vous invitent à une lecture de

 

Peter GIZZI

et

Marie de QUATREBARBES

 

le mercredi 24 mai à 19h30

Galerie éof
15 rue Saint Fiacre
75002 Paris
Métro Grands boulevards

 

Entré libre

Bios :

Né en 1959 dans le Michigan, Peter Gizzi est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes dont le tout dernier (Archeophonics, 2016) fut finaliste pour le prestigieux National Book Award.

De son travail, il dit ceci : « Je crois que je suis un poète narratif. Je raconte juste mon étonnement de citoyen devant ce monde ». Gizzi dit aussi qu’il est désireux d’écrire à la frontière du connu quand on ne connait encore ni la structure du temps qui vient, et quels méandres seront ceux de l’histoire, ni la structure des choses qui sont, et les mystères de la physique. Chaque de ses livres est un voyage étonné au-delà des frontières du monde identifié.

Le recueil ici traduit, son avant-dernier, daté de 2011 s’intitule Chansons du seuil, précisément pour cette raison : ce sont des poèmes écrits sur le seuil entre les vivants et les morts, entre le présent et les souvenirs, entre le connu et l’inconnu, entre le savoir et les sensations. Ils sont à la fois tournés vers les disparus (notamment les morts familiers, mère, père, frère) et vers ce qui n’est pas encore apparu.

Le présent pour Peter Gizzi et il écrit ses poèmes au présent est vraiment cette tension ou plutôt cet équilibre : une façon d’avoir deux visages, l’un vers le passé, l’autre vers le futur.

Une dernière chose. Si Chansons du seuil s’appelle Chansons, c’est que Gizzi tient au lyrisme, mais à un lyrisme réinventé. Ces poèmes ne sont pas de ceux qu’on chante à haute voix ils sont plutôt de petits refrains qu’on murmure, des vers qui chantonnent selon les rythmes d’une mélodie à la fois douce et triste.

Stéphane Bouquet

 

 

Marie de Quatrebarbes est poète et revuiste. Elle est l’auteur notamment de La vie moins une minute (Lanskine, 2014) et de Les pères fouettards me hantent toujours (Lanskine, 2012). Son prochain livre, Gommage de tête, paraîtra en 2017 aux éditions Éric Pesty. Elle a co-fondé la revue de traduction « La tête et les cornes », et entrepris la réédition de l’œuvre poétique de Michel Couturier en 2016.