> 24.11.11 rosmarie waldrop, pascal poyet & keith waldrop > video


Keith Waldrop


Rosmarie Waldrop


Pascal Poyet

A l’occasion de la parution de *La route est partout* de Rosmarie Waldrop dans une traduction d’Abigail Lang aux éditions de l’attente, de celle de *Draguer l’évidence* de Pascal Poyet chez Eric Pesty éditeur, ainsi qu’à l’occasion du grand retour de Jacob de Lafon (il n’était jamais vraiment parti),

Double Change vous invite à une lecture

de Rosmarie WALDROP, Pascal POYET et Keith WALDROP

jeudi 24 novembre à 19h30
à la galerie éof
15, rue Saint-Fiacre, 75002, Paris
(M° Grands Boulevards ou Bonne Nouvelle)

Entrée libre

Née en 1935 en Allemagne, ROSMARIE WALDROP vit à Providence, Rhode Island. Elle est poète, traductrice et, avec son mari Keith Waldrop, co-dirige les éditions Burning Deck depuis 1961. Cette maison d’édition au long cours est un cas unique, un modèle clef dans le monde de l’édition de poésie. Rosmarie Waldrop a traduit entre autres Edmond Jabès, Jacques Roubaud, Emmanuel Hocquard, et plusieurs poètes allemands. Des traductions de son travail ont été publiées en France et dans de nombreux pays d’Europe.
Les livres qu’elle écrit en commun avec Keith Waldrop seraient l’œuvre d’un « troisième Waldrop », qui n’écrit ni tout à fait comme Keith, ni tout à fait comme Rosmarie.

Bibliographie :
Bibliographie en français :
- La route est partout, (traduit par Abigail Lang), éditions de l’Attente, 2011. http://www.editionsdelattente.com/site/www/index.php/livre/front/read?id=116
- d’Absence abondante, (traduction collective dirigée par Pascal Poyet, de Lavish Absence), contrat maint, 2009
- Dans n’importe quelle langue, (traduit par Pascal Poyet), contrat maint, 2006
- La reproduction des profils, (traduit par Jacques Roubaud), Melville, 2004 (première édition : La Tuilerie Tropicale, 1991)
- Pelouse du tiers exclu, (traduit par Marie Borel), Format Américain, 2001
- Pré & con, (traduit par Pascal Poyet), contrat maint, 1999
- Quand elles sont douées de sens, (traduit par Françoise de Laroque), Spectres Familiers, 1989
- Différences à quatre mains, (traduit par Paol Keineg), Spectres Familiers, 1989
- Le mouchoir de la fille du roi Pépin, (traduit par Rosy Pinhas-Delpuech), Liana Lévy, 1989
- Comme si nous n’avions pas besoin de parler, (traduit par Roger Giroux), Terriers, 1980

PASCAL POYET vient de publier Draguer l’évidence (Eric Pesty éditeur, 2011, http://www.ericpestyediteur.com/draguerlevidence.htm). Il est aussi l’auteur de Au Compère (Le Bleu du Ciel, 2005), Expédients (La Chambre, 2002) et Causes Cavalières (L’attente 2000, rééd. 2011). Il a traduit plusieurs poètes américains contemporains dont Peter Gizzi, Revival (CipM/Spectres Familiers, 2003), Rosmarie Waldrop, notamment Dans n’importe quelle langue (contrat maint, 2006) et David Antin, je n’ai jamais su quelle heure il était (Héros-Limite, 2008); il a participé à : Charles Olson, Commencements (TH.TY, 2000).
Les éditions contrat maint, qu’il co-dirige avec Goria, publient depuis 1998 des textes d’artistes, de la poésie contemporaine, des traductions et des textes de traducteurs : http://www.contratmaint.com

Grande figure de la poésie américaine et de l’édition indépendante, KEITH WALDROP a fondé avec son épouse, la poète Rosmarie Waldrop, la maison d’édition Burning Deck à Providence dans les années soixante : ensemble ils ont publié de très nombreux écrivains et poètes américains mais aussi français. (Jacques Roubaud, Emmanuel Hocquard, Dominique Fourcade, entre autres). Keith Waldrop a plusieurs casquettes (outre celle que lui a léguée Edmond Jabès) : poète, éditeur, il est aussi grand traducteur, de Charles Baudelaire à David Lespiau, mais encore artiste, puisqu’il compose depuis de nombreuses années des collages, œuvre singulière qui a donné lieu à une publication récemment : Several Gravities (Siglio Press, 2009).
Keith Waldrop était, jusqu’en novembre 2009, un poète aussi discret qu’admiré : il a publié de nombreux livres de poèmes aux États-Unis dont certains ont fait date. En novembre 2009, il s’est vu attribuer le prix littéraire américain le plus prestigieux, The National Book Award pour son livre Transcendental Studies: A Trilogy.
En France, plusieurs textes de Keith Waldrop ont été traduits et publiés, d’abord en 1982 avec Poème de mémoire, traduit par A.-M. Albiach (Orange Export, 1982), puis dans les années 90 : Une cérémonie qui se passait ailleurs (Fourbis, 1990), Aimer par description, traduit par F. de Laroque (Créaphis, 1995) puis Taches d’eau, traduit par P. Keineg (Format Américain, 1997). Plus récemment: Pertes inespérées, apportées par le vent, traduit par B. Rival et B. Vilgrain (Théâtre typographique, 2008) ; Échos de Mrs. Crowe, traduit par B. Rival (Contrat Maint, 2009) et Le vrai sujet. Interrogations et conjectures de Jacob De Lafon, trad. O. Brossard (José Corti, 2010).
Keith Waldrop a écrit des livres en collaboration avec son épouse Rosmarie Waldrop. Trois titres ont été traduits en français : Tome un, traduit par un collectif à Royaumont et par J. Valéry (Créaphis, 1997), Light Travels traduit par David Lespiau (éditions de l’Attente, 2006) et Un cas sans clef, traduit par M. Borel et F. Valéry (éditions de l’Attente, 2010).
Une bio-bibliographie en ligne à : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2009/11/keith-waldrop.html

DE KEITH & ROSMARIE WALDROP:
- Un cas sans clef, traduction de Marie Borel et Françoise Valéry, éditions de l’Attente, 2010
- Light Travels, (traduit par David Lespiau), éditions de l’Attente, 2006
- Tome un, (traduction collective Royaumont et Juliette Valéry), Créaphis (Un bureau sur l’Atlantique), 1997