> 03.07.18 madeleine aktypi, rachel levitsky & pascal poyet

double change et l’atelier Michael Woolworth

vous invitent à une lecture de

Madeleine Aktypi

Rachel Levitsky

Pascal Poyet



mardi 3 juillet / Tuesday, July 3

2018

à 19:30 / 7:30 pm

Atelier Michael Woolworth
2 rue de la Roquette, cour Février
75011 Paris

> comment s’y rendre

entrée libre
http://www.michaelwoolworth.com/
www.doublechange.org

 

biographies :

Madeleine Aktypi : Poète, praticienne et théoricienne des médias, Madeleine Aktypi travaille et publie dans le même mouvement ses poèmes en ligne, sur papier ou dans l’espace, par terre et sur le ciment, par la voix, ou encore à la craie. Du livre ou du site à la « lecture assistée » performant en public les états successifs d’un texte, chaque ensemble de poèmes est un processus ouvert, une question à reposer autrement à notre comportement devant les mots et les signes, au milieu des médias. Elle a publié Tables en 2014, Poor data en 2015, fodd, fodder en 2017 (éditions indépendantes) et Anableps chez contrat maint en 2015.

Rachel Levitsky is the author Under the Sun (Futurepoem, 2003), NEIGHBOR (UDP, 2009) and the poetic novella, The Story of My Accident is Ours (Futurepoem, 2013) as well as numerous chapbooks, most recently, Hopefully, The Island, part of an ongoing collaboration with the artist Susan Bee. Levitsky builds and participates in a variety of publishing, collaboration and pedagogical/performative activities, such “Geometries of Recognition” a movement poetry workshop turned super8 film by Stephanie Gray. In 1999 she founded Belladonna* which is now Belladonna* Collaborative. She teaches writing Pratt Institute, Naropa Summer Writing Program and lay institutions in NYC.

Pascal Poyet réalise des lectures publiques et/ou prises de parole qu’il considère comme un moment de l’écriture de textes mêlant critique et expérimentation, réflexion sur le langage et traduction. Il est notamment l’auteur de Draguer l’évidence (Eric Pesty, 2011), Un sens facétieux (cipM, 2012) et de Regardez, je peux faire aller Wittgenstein exactement où je veux, qui vient de paraître aux éditions Théâtre Typographique (coll. TH.TY. / M.W.) Il a traduit les textes de nombreux poètes et artistes contemporains de langue anglaise, comme David Antin, Lisa Robertson et Juliana Spahr, dont vient de paraître Va te faire foutre – Aloha – Je t’aime, aux éditions de l’Attente. Il a créé en 1998, avec Françoise Goria, les éditions contrat maint qui réunissent des textes d’artistes et de poètes contemporains, des traductions et des «textes de traducteurs».