> 16.12.21 fabienne raphoz, lisa robertson, jennifer scappettone

double change et l’atelier Michael Woolworth

 

sont heureux de vous inviter à une lecture

 

de Fabienne Raphoz,

de Lisa Robertson accompagnée de ses traductrices Claire Finch et Sabrina Soyer,

et de Jennifer Scappettone

 

le jeudi 16 décembre à 19h

 

Atelier Michael Woolworth

2 rue de la Roquette, cour Février

75011 Paris

 

> comment s’y rendre

 

Cette lecture est organisée à l’occasion de la publication de Ce qui reste de nous de Fabienne Raphoz, de Debbie : une épopée de Lisa Robertson et du début du « professorat invité » de Jennifer Scappettone à l’Université Gustave Eiffel (2020-23).

 

entrée libre

http://www.michaelwoolworth.com/

www.doublechange.org

 

> merci de vous munir d’un pass sanitaire valide

& port du masque obligatoire à l’intérieur de l’atelier

 

 

BIOS

 

Fabienne Raphoz est née en 1961 en Haute-Savoie ; elle vit depuis quelques années sur les Causses du Quercy d’où elle écrit et anime, avec Bertrand Fillaudeau, les éditions Corti.

Écrire, publier des livres, comme observer le vivant, participent d’un même geste, d’un même mouvement de va-et-vient, pour preuve ces trois collections qu’elle a créées pour Corti en écho à ses propres recherches et publications : la Collection merveilleux (dédié à l’imaginaire et aux collectes de contes populaires), la Série américaine (qui accueille des poètes du XXe siècle et contemporains) et Biophilia (une collection transdisciplinaire consacrée au vivant).

Elle publie ses livres de poésies aux éditions Héros-Limite de Genève, ses carnets de terrains et anthologies chez Corti.

 

Bibliographie sélective

Aux éditions Héros-Limite

(Poésie)

Pendant, 2005 ; Jeux d’oiseaux dans un ciel vide, 2011 ; Terre sentinelle, 2014 ; Blanche baleine, 2017 ; Ce qui reste de nous, 2021

Aux éditions Corti

Des belles et des bêtes, Collection Merveilleux, 2003 ; L’Aile bleue des contes, l’oiseau (avec 70 dessins de Ianna Andréadis), Collection Merveilleux, 2009 ; Parce que l’oiseau, Carnets d’été d’une ornithophile, Collection Biophilia, 2018

 

Née à Toronto en 1961, Lisa Robertson est partie vivre sur la côte ouest du Canada en 1979 avant de s’installer en France en 2003. Depuis la publication d’XEclogue en 1993, elle a publié huit livres de poésie, deux recueils d’essais ainsi qu’un roman. Debbie est son troisième livre publié en France, après Le Temps (trad. Éric Suchère, Nous, 2016) et Cinéma du présent (trad. Pascal Poyet, Théâtre Typographique, 2015). Depuis 1989, Lisa Robertson consacre son œuvre critique à l’art contemporain et elle enseigne la recherche-création ainsi que les pratiques d’écriture dans des écoles supérieures d’art. Son premier roman The Baudelaire Fractal a été publié au Canada par Coach House Books en 2020.

Lisa Robertson wrote Debbie: An Epic in East Vancouver between 1994 and 1997, when it was first published by New Star Books. It was the second book of her Virgilian triad: XEclogue, her book of pastoral poetry, had been published in 1994, and The Weather, her exploration of georgic genre, came out in 2001. (This was translated by Eric Suchère and published by Editions Nous as Le temps in 2012.) She has also written through the work of Rousseau, in R’s Boat, and Baudelaire, in her 2020 novel The Baudelaire Fractal. Her current work, wide rime, intersects with the poetics of troubadour verse, and includes lectures, translations (some with sabrina soyer) and augmentations. Her annotated translation and contextualization of Simone Weil’s 1942 essay on troubadour culture, titled Anemones, was just published by If I Can’t Dance I Don’t Want to Be Part of Your Revolution, in Amsterdam. Also available in French translation is Cinéma du Present (tr Pascal Poyet) from Theatre Typographique. 

Jennifer Scappettone (https://oikost.com) works at the confluence of the literary, visual, and scholarly arts. Her books of poetry include From Dame Quickly (Litmus, 2009), The Republic of Exit 43: Outtakes & Scores from an Archaeology & Pop-Up Opera of the Corporate Dump (Atelos, 2016)Belladonna Elders Series #5: Poetry, Landscape, Apocalypse (Belladonna, 2009, with Etel Adnan and Lyn Hejinian), and SMOKEPENNY LYRICHORD HEAVENBRED: 2 Acts (The Elephants, 2018), a libretto for “mixed-reality” performance. Her translations of the poet-refugee from Fascist Italy Amelia Rosselli were gathered in the award-winning collection Locomotrix, and she curates PennSound|Italiana. Her critical study Killing the Moonlight: Modernism in Venice  investigated the undeath of lifeways deemed past and was shortlisted for the Modernist Studies Association Book Prize. Scappettone has worked solo and in collaboration with musicians, architects, artists, and dancers on site-specific performance pieces at locations ranging from the tract of Trajan’s aqueduct beneath the American Academy in Rome, to the Chicago Architecture Biennial, to Fresh Kills Landfill—most recently and most imminently with new media and performing artists Judd Morrissey and Abraham Avnisan, and with choreographer Kathy Westwater. She is Associate Professor at the University of Chicago and Visiting Professor at the Université Gustave Eiffel.